NOTES

vendredi 31 janvier 2020

IK Blue 2/4

Toulouse, octobre 2019

Selon les vœux de Pierre Soulages une salle d’exposition temporaire  de 500 mètres carrés est dédiée à des artistes modernes ou contemporains, ce jour-là « Cris bleus » YvesKlein.


Following Pierre Soulages wishes a space of 5400 sq ft is dedicated to modern or contemporary artists. On that day Yves Klein“Blue screams”.


Musée Pierre Soulages, Rodez, novembre 2019

Yves Klein est connu pour son bleu breveté en 1961.

« Le bleu n’a pas de dimension, il est hors dimension, tandis que les autres couleurs elles en ont… Toutes les couleurs amènent des associations d’idées concrètes tandis que le bleu rappelle tout au plus la mer et le ciel, ce qu’il y a de plus abstrait dans la nature tangible et visible »

Y. Klein

Yves Klein is known or best known for his blue pigment patented in 1961.


“Blue…is beyond dimensions, whereas the other colors are not, … All colors arouse specific ideas, while blue suggests at most the sea and the sky; and they, after all, are in actual, visible nature what is most abstract.”  
Y. Klein



A gauche: Anthropométrie de l'époque bleue, 1960 - Pigment pur et résine synthétique sur papier marouflé sur toile 156,5 x 282,5 cm

A droite "Héléna", 1960


On the left: Anthropometry of the Blue Period, 1960 - Dry pigment and synthetic resin on paper mounted on canvas 62 x 111 1/2"

On the right "Helena", 1960




13 commentaires:

  1. je préfère l'outrenoir ... bises

    RépondreSupprimer
  2. Wow, that is very striking. I'd love to see this exhibit. I never thought of a color as powerful before but that blue is powerful!

    RépondreSupprimer
  3. Bel espace, bien rendu dans la première photo et l'avant-dernière qui donne une échelle humaine.

    RépondreSupprimer
  4. Je voulais dire la deuxième.
    La première étant l'introduction, sous une forme très originale!
    J'ai cru voir un cuisinier dans une camionnette publicitaire!


    https://www.franceculture.fr/conferences/forum-des-images/histoire-et-symbolique-du-bleu

    RépondreSupprimer
  5. Coucou Thérèse.
    Décidément j'ai du mal avec les artistes modernes (beaucoup de mal)!!!!
    Merci de nous présenter un aperçu, il nous faut bien découvrir ce qu'il en est de l’évolution artistique...
    Et pas que, de l'évolution tout court, hélas nous voyons bien où cela nous mène!
    Cela nous permet d’évoluer de ne pas rester enfermé dans nos certitudes bien protégé par nos œillères!
    Bises. Très bon weekend, A +

    RépondreSupprimer
  6. I like his take on blue -- quite beautiful!

    RépondreSupprimer
  7. Comme Elfi, je préfère les Outrenoirs de Soulages. Pour moi ils sont capables d'engendrer des émotions, alors que le bleu Klein bof.
    Bon dimanche de Chandeleur, Thérèse, bises

    RépondreSupprimer
  8. Le noir et le bleu ! Si j'ai vu le noir à Rodez, j'ai hélas raté le bleu. cela m'aurait pourtant bien plu !

    RépondreSupprimer
  9. J'ai autant mal avec le Bleu Kein que le Noir Soulages.
    J'avais déjà entendu parler d'YVES KLEIN, car il avait habité rue Campagne Première à Montparnasse, rue
    chère à mon coeur. Un jour à la Coupole avec une amie, j'ai fait la connaissance de sa veuve.
    Belle journée !

    RépondreSupprimer
  10. Je n'ai jamais vu de toile d'Yves Klein du moins je ne m'en souviens pas, je suis passée devant le musée en janvier 2007 au moment où se déroulait une exposition qui lui était dédiée mais je n'ai pas eu (pris ?) le temps d'entrer la voir. Encore une fois je crois qu'il faut pour juger voir dans la réalité et non seulement en photo ainsi que dans un ensemble d'oeuvre. J'ai visionné le lien sur le bleu qu'a donné Miss et je l'ai trouvé passionnant. Comment la perception d'une couleur peut être culturelle
    Je me demande comment on peut breveter une couleur, c'est comme lorsqu'une firme brevette des graines qui appartiennent au patrimoine de l'humanité, en réalité ce qui est breveté est un procédé, raison de plus pour voir les toiles dans leur réalité. Le bleu klein au delà d'une couleur est une matière

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... devant le musée Beaubourg...

      Hier je suis tombée sur France Inter sur un entretien avec un artiste dont j'ai deviné le nom (Ernest Pignon Ernest) lorsqu'il a exprimé que non seulement ses oeuvres étaient éphémères mais qu'elles étaient surtout périssables. J'admire cette philosophie. Il faudra que j'écoute le podcast

      Supprimer

Rechercher dans ce blog/Look for something through this blog

Qui suis-je/Who am I