lundi 24 juillet 2017

"J37" -Je suis médaillée-

Barcelone, Passeig Maritim, juillet 2017

Les perruches souris sont malheureusement un fléau à Barcelone où elles pullulent. On les reconnait à leur nid communautaire et à leur émission vocale... Vous pouvez les entendre ici, voix - chant et cris. 

J 37 -I am a medalist-
The monk parakeet are unfortunately a plague in Barcelona where they proliferate. They are easily recognized by their vocal emission...  You can listen to them here, voice - song and cries.

Quelques détails sur mon ancien blog ici / A few details on my previous blog here.


Et pendant ce temps... dans notre petit jardin nous nous contentons de quelques huppes qui viennent tour à tour prendre leur repas.

And meanwhile... in our little backyard we limit ourselves to a few hoopoes who take turns taking their meal.


Juin 2017





14 commentaires:

  1. Coucou Thérèse.
    Tu es en plein gazouillis. Beaucoup voudraient avoir des perruches mai point trop n'en faut...
    Des huppes parfois j'en aperçois une de temps en temps, pas faciles à photographier.
    Très bonne semaine, A +

    RépondreSupprimer
  2. Il a fallu que j'aille chercher dans tes archives.
    Curieux oiseau cette huppe fasciée, j'en ai vu une une seule fois dans mon jardin.
    Elle n'est pas restée assez longtemps pour que je lui tire le portrait.

    RépondreSupprimer
  3. je vois quelques fois une huppe passer pre,dre son déjeuner

    RépondreSupprimer
  4. That hoopoe is an amazing looking bird. I've never seen one in person.

    RépondreSupprimer
  5. jolies les huppes ! les perruches aussi mais les oiseaux trop nombreux
    peuvent faire des dégâts et des saletés ! dommage

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Thérèse,
    Une chance d'avoir des huppes fasciées dans le jardin!Chez moi, elle me fait de temps coucou mais du haut d'un grand cèdre!
    Je pense que le papillon dont tu me parles est Paysandisia archon, ailes repliées, une peste qui s'en prend aux palmiers. Une recherche avec son nom te permettra de vérifier mon hypothèse.

    RépondreSupprimer
  7. Great bird pictures and I enjoyed listening to the parakeet voices too. :)

    RépondreSupprimer
  8. Sérieux contraste entre la huppe fasciée plutôt rare et l'abondance des perruches en Inde, comme dans cette vidéo de leur nourrissage par un ami de ces oiseaux.
    Toujours en Inde, une autre vidéo montre leur effrayante pullulation lors de leur nourrissage par un fermier, qui les alimente sans doute pour éviter que, tel un nuage de sauterelles, elles s'abattent sur ses champs fraîchement ensemencés. Enfin, c'est ce que j'ai supposé en regardant cette vidéo...

    Je n'ai jamais vu de huppe fasciée dans la nature, merci pour le partage de tes photos et pour l'occasion de revoir ton ancienne publication.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as vraiment le don, Tilia, de trouver des liens intéressants, ceux-ci n'échappent pas à la règle. Les perruches: symbole de passion et de séduction, le problème est qu'elles vivent en colonies ce qui leurs permet d'échapper aux chats et d'empiéter facilement sur les espèces locales.

      Supprimer
  9. Alors je n'ai jamais vu de huppes par ici. Climat trop froid sans doute. Par contre quelque perruches dans une volière non loin dans un parc. Elles font le bonheur des familles. Bonne nuit.

    RépondreSupprimer
  10. il y a 20 ans j'ai vu la dernière huppe...très rare ici...

    RépondreSupprimer
  11. Pas de huppes ou de perruches à Avignon du moins dans ma rue. Et en Lozère où je vais passer les vacances, les alouettes nichent à côté de la maison et on voit les rapaces dans le ciel, buses et aigles.

    RépondreSupprimer

Rechercher dans ce blog/Look for something through this blog

Archives