dimanche 11 mars 2018

Portraits de femmes


Pour Marie et son amour de la peinture.

For Marie and her love for painting.


Paris, Musée Marmottan, mars 2018
"La dame en bleu"  (Emma Dobigny) 1874
"Lady in blue" (Emma Dobigny) 1874

Les portraits sont un côté caché du peintre et sculpteur Jean-Baptiste Corot (1796-1875). En effet J.B. Corot n'a jamais mis ses portraits en avant préférant les garder dans son atelier.

Women's portraiture
Jean-Baptiste Corot (1796-1875) a painter as well as a sculptor is less well known for his portraits that he keeps in his workshop.


"Il vaut mieux être rien que l'écho d'autres peintures"
J.B. Corot peint ce qu'il voit comme il le voit.

It is better to be nothing than an echo of other painters
J.B. Corot is painting what he sees, the way he sees it.

La moissonneuse tenant sa faucille, la tête appuyée sur la main, 1838
Harvester holding her sickle, 1838

Si vous êtes curieux où si vous voulez découvrir Corot je vous incite à visiter ce site qui résume si bien la vie de J.B. Corot et ses peintures ici. Sur le même site, pour faire écho à "La dame en bleu" ce billet sur "les dames bleues" une pure merveille.

If you are curious or if you would like to discover other paintings by J.B. Corot, please go and visit this site which sums up beautifully his work. To echo the "Lady in blue" you can also look at "the blue ladies" on the same blog, it is a little gem (in French).

Pour ma part, je reste sous le charme des paysages de Corot comme celui-ci.

As far as I am concerned I still prefer the landscapes of Corot like this one.

Tivoli, les jardins de la villa d'Este (Italie) 1843, prêt du musée du Louvre Paris


"Après mes excursions, j'invite la nature à passer quelques jours chez moi. C'est alors que je commence ma folie. Le pinceau à la main je cherche les noisettes dans les bois de mon atelier. J'y entends chanter les oiseaux, les arbres frissonner sous le vent, j'y vois couler ruisseaux et rivières chargés de mille reflets du ciel et de la terre. Le soleil se couche et lève chez moi."

"After my outings I invite Nature to come spend several days with me; that is when my madness begins. Brush in hand, I look for hazelnuts among the trees in my studio; I hear birds singing there, trees trembling in the wind; I see rushing streams and rivers laden with a thousand reflections of sky and earth; the sun sets and rises in my studio."



"Le moine au violoncelle" 1874 
Ce serait sa dernière toile


"Monk with a cello" 1874 
This painting would be his last painting

***

Marie c'est aussi la complicité avec les chats.

Marie is as well enjoying the closeness of cats.

Benalmadena, Province de Malaga, 2017

22 commentaires:

  1. Un billet très intéressant, aussi bien pour tes commentaires et photos que pour tes liens.
    J’ai lu les articles de télérama dur Corot, qui m’ont rappelé l’expo au Grand Palais que j’avais vue il y a ...un certain temps.(oublié la date, mais je peux la retrouver)
    Le billet d’entrée que j’avais gardé représentait la vue de Tivoli.

    RépondreSupprimer
  2. L’expo présentait Corot sous ses multiples facettes, paysages classiques ou vaporeux, figures mythologiques ou portraits de femmes.

    Au fait , le musée de saint-Lô a participé à l’expo actuelle en prêtant Homére et les Bergers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donné au musée de Saint Lô par Corot lui-même...

      Supprimer
    2. Oui,
      « 
      vers 1863, au cours d’une des fréquentes visites de l’artiste à la famille saint d’Isidore Elie, négociant en vins et spiritueux. »

      Supprimer
    3. Le lien vers
      les dames bleues
      offre de beaux effets picturaux : étoffes et reflets émerveillent.

      Supprimer
  3. Coucou Thérèse.
    Plus le temps passe plus je découvre des choses et moins j'en connais ...
    Tout comme la chanson de J.Gabin "Maintenant Je Sais" !
    J'adore la Moissonneuse...
    Très bonne semaine, A +

    RépondreSupprimer
  4. Coucou Thérèse. Intéressant ce billet et les liens sur ce peintre que je connais peu. J'apprends qu'il avait de forts liens avec la Suisse. Ce que je préfère chez lui, ce sont les paysages et j'aime bien cette idée de "peintre-voyageur". D'ailleurs, le 2ème tableau que tu nous présentes me donne envie de retourner en Italie pour y voir le printemps. Car ici... il neige. Bises alpines et belle semaine.

    RépondreSupprimer
  5. La Dame en Bleu de Corot est très belle. Elle paraît réelle.
    Merci pour le lien, que de beautés sur ce blog.

    RépondreSupprimer
  6. Le premier portrait de profil de la jolie dame effeuillant une marguerite est une pure merveille.

    RépondreSupprimer
  7. Quelles jolies pensées Thérèse, merci.

    J’aime beaucoup Corot évidemment (il y avait effectivement un article le concernant dans Télérama). Il a aussi fait des dessins et des estampes superbes. Ses paysages nous donnent à voir la nature telle qu’elle était encore au 19ème.

    Pour moi qui suis généalogiste, tous ces tableaux de paysages (ceux de Corot et d’autres) m’aident souvent à me représenter les lieux (ou lieux similaires) où ont vécu mes ancêtres.

    Je suis très peu présente en ce moment, je suis justement en plein travail généalogique pour une association qui m’a beaucoup aidée à une époque (moi et des milliers d’autres). Il était bien normal qu’à mon tour je l’aide.

    Je t’embrasse.

    RépondreSupprimer
  8. Le moine au violoncelle est bien triste et pathétique, pour une dernière toile cela n'est pas étonnant.... La moissonneuse par contre a le teint bien blanc et les mains fragiles, elle ne transmet pas l'idée de labeur et de sueur, on est loin des raboteurs de Caillebotte. Le chat aurait pu être un détail de tableau, il est très expressif, tu l'as particulièrement bien saisi...

    RépondreSupprimer
  9. Ce monsieur Corot avait une bien étrange façon de peindre les femmes, préférant en prendre les traits et les mélanger à d'autres traits et d'autres vêtements pour en traduire une impression plus qu'un portrait ressemblant. Surtout j'a retrouvé dans nombre portraits une forme commune de tête arrondie ce qui ne m'a pas séduite. J'aimerais lire une biographie maintenant sur Corot pour mieux le comprendre si l'on peut. Un grand timide?

    RépondreSupprimer
  10. Article très instructif 😊

    RépondreSupprimer
  11. A remarkable talent. I like them all but I think I agree, my favorite is the landscape.

    RépondreSupprimer
  12. C'est vrai que je connais mieux les paysages de Corot que ses portraits que je trouve très intéressants. Je vais voir les liens que tu nous donnes.

    RépondreSupprimer
  13. Une exposition que j'aimerais bien voir ! Merci pour les liens ! Et merci pour ton article !

    RépondreSupprimer
  14. Love that second painting. And, of course, the cat.

    RépondreSupprimer
  15. Merci pour cet agréable voyage à travers l'oeuvre de Corot!

    RépondreSupprimer
  16. Il avait tord de ne point les partager

    RépondreSupprimer
  17. Un grand moment de plaisir, la lecture de ce billet. Mille mercis, Thérèse.

    J'adore la peinture de Corot. J'irai donc voir l'expo au musée Marmottan, c'est évident !
    Rares sont les tableaux de ce peintre qui me laisse indifférente, quelques vues de Venise et quelques portraits, tel celui de la moissonneuse par exemple.
    Par contre, je raffole de "Tivoli, les jardins de la villa d'Este". Le petit bonhomme, perché sur le muret du premier plan, est une magnifique idée de l'artiste.
    Et j'aime énormément les portraits des sœurs Sennegon (nièces de Corot) à voir dans cette page ainsi que celui de la "Femme à la perle" (avec son petit air de Mona Lisa) que je préfère à celle de Vermeer (qui m'a toujours eu l'air un peu empruntée).

    À propos de Corot, te souviens-tu de ce billet, d'il y a quatre ans (déjà !) et de cet autre, encore plus ancien ?...

    RépondreSupprimer
  18. Good paintings and the company of a cat sounds good to me. Great post!

    RépondreSupprimer
  19. Thank you for the link to the site about Corot -- I too enjoy his landscapes.

    RépondreSupprimer

Rechercher dans ce blog/Look for something through this blog

Archives

Qui suis-je/Who am I